Masaya Hokazono – Hurlements


Littérature / mercredi, janvier 24th, 2018

Afin d’inaugurer leur collection horrifique, les éditions Black Box nous présentent Hurlements de Masaya Hokazono. Ce one-shot paru au Japon en 2009 sous le nom Akai Imôto (« petite sœur rouge ») est constitué de plusieurs histoires courtes.

Connus pour leur attrait à l’horreur et aux histoires fantastiques, les Japonais sont friands de légendes urbaines et autres contes liés aux fantômes et créatures en tout genre. L’auteur vous fera découvrir une histoire de maison hantée à la Ju-On (célèbre saga de films d’horreur japonais initiée par Takashi Shimizu), d’un « film maudit » ou encore d’hypnose meurtrière. La plupart de ces histoires se basent sur des légendes urbaines et histoires d’horreur très connues du public grâce à l’adaptation américaine de nombreux films d’horreur japonais. Néanmoins, elles restent intéressantes à découvrir par l’ajout d’une certaine originalité de la part de l’auteur : un fond d’humour, des dessins efficaces qui transmettent bien les émotions des personnages, une ambiance à la fois quotidienne et dérangeante.

Né en 1961, Masaya Hokazono se distingue rapidement par son one-shot Ame no Housoku en 1986 puis avec Wiseman en 1994 où apparaissent déjà les thèmes d’horreur et de science-fiction qui feront de lui un mangaka spécialiste des univers sombres et surnaturels. Il publiera pas moins de 18 séries, allant de la science-fiction, du fantastique, de l’occulte, de l’ésotérisme à la comédie et au manga historique. Inugami, le réveil du dieu-chien est le titre le plus emblématique de sa carrière.

Hurlements, des malédictions à gogo

Le style artistique de Hurlements nous permet facilement de nous identifier aux personnages. Dans cet œuvre, on ne trouvera pas de protagonistes aux coupes de cheveux funky et aux costumes délurés ni de combats extraordinaires contre les forces du mal, tout est fait pour que le lecteur constate que les malédictions arrivent dans la vie quotidienne et sont subits par des humains normaux et totalement impuissants face à des événements surnaturels. Ces derniers arrivent après que le personnage soit entré en contact avec un lieu, un objet ou un individu aux dons paranormaux qui attireront les foudres d’une malédiction à la japonaise. L’atmosphère de cette œuvre est oppressante et pousse la curiosité du lecteur à en savoir plus sur les origines de ces malédictions. Le point négatif de ce manga est la courte durée des chapitres qui ne permet malheureusement pas au lecteur de s’imprégner totalement à cet univers horrifique.

Dans le premier chapitre « La fille écarlate », le mangaka nous conte l’histoire d’un jeune homme, employé dans un vidéo-club, souhaitant voir les fantômes pour avoir quelque chose de croustillant à raconter à ses copains de lycée. Son patron lui fait part d’une légende urbaine circulant autour d’un film maudit qu’il a justement sous la main. Il va alors pousser son jeune employé à visionner ce film amateur pour constater de la véracité de la malédiction. Belle adaptation du concept du film maudit qui rappelle la célèbre œuvre cinématographique Ringu réalisée par Hideo Nakata en 1998, et adaptée en version américano-japonaise par Gore Verbinski en 2002 sous le nom de The Ring, cette première histoire nous plonge directement dans l’univers fantastique et glauque de Hurlements, et serait inspirée d’une expérience personnelle de l’auteur.

Si vous êtes intéressé.e par l’univers macabre et flippant des œuvres nippones d’horreur, Hurlements est un élément original à ajouter à votre collection !

Informations
Hurlements
Masaya Hokazono
Black Box, 2015
ISBN : 1092297723

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *